Covering

Underbelly a Paris

       

Par Marie |  Publié le Samedi 10 Décembre 2011.

Récit d’une véritable balade nocturne dans les entrailles de Paris avec une équipe graffiti internationale. Du plaisir à l’état pur.

« L’Underbelly project » a d’abord été organisé l’année dernière dans les souterrains de New York, avec là aussi une équipe triée sur le volet rassemblant sur l’année une centaine de street artistes confirmés ou émergents. Le but du projet est d’accéder la nuit à des souterrains oubliés de la ville pour y peindre et y laisser sa plus belle empreinte. À Paris, le projet dirigé par Workhorse et PAC a regroupé Futura, C215, Tristan Eaton, How et Nosm, Saber, SheOne, Conor Harrington, Alice Pasquini et Will Barras.

 

Avec Martha Cooper et Ian Cox pour photographier la performance, autant dire que nous aurions tous aimé les suivre dans les bas fonds de Paris. Durant toute une nuit, chacun a donc peint sa propre pièce en lien avec celle de l’autre ou non. Selon les témoignages des artistes, l’accès au spot n’était pas simple, en effet, ce projet s’est aussi dans la clandestinité totale.

 

Pour l’organisateur Workhorse, « Si vous êtes vus et pris sur le fait, ce n’est pas simple d’expliquer ce que vous faites là illégalement avec des bombes et des appareils photo... Je pense que nous étions tous conscients du fait nous n’avions pas le temps de plaisanter ». Outre l’adrénaline et les conditions de réalisation, les artistes se sont appliqués à réaliser des pièces hautes en couleur avec notamment Tristan Eaton qui a réalisé la moitié de son mur dans le noir en utilisant des rouges très foncés.

De gauche à droite : SheOne, Tristan eaton et Conor Harrington

Futura quant à lui s’est laissé aller toujours dans sa maîtrise parfaite d’un graffiti style abstrait. Il considérait d’ailleurs l’Underbelly comme un « call of graffiti duty ».

 

Futura

Certains artistes on réaliser des duos avec par exemple la fille apeurée se cachant le visage d’Alice Pasquini qui pourrait répondre au cavalier sans tête de Conor Harrington.

 

Will Barras-Alice Pasquini

Conor Harrington

C215 a de son côté peint le visage grisonnant d’un cheminot, impressionnant par l’effet qu’il renvoie au milieu du souterrain. How et Nosm ont quant à eux élus domicile à côté de SheOne.

Alice Pasquini-C215

De gauche à droite : How et Nosm-SheOne

How et Nosm-SheOne

Toutes ces peintures sont symboliques à travers l’action dans laquelle elles ont été crées, le milieu, et en toute illégalité. FatCap ne peux qu’encourager ces actions originales, qui sort des carcans classiques banalisés. Ce projet ne demande pas de permissions, se déroule à huit clos, c'est juste une bande d’artistes, des bombes et des souterrains à conquérir.


Là aussi les artistes sont d’accord, selon Saber : « Je me sentais privilégié de faire partie d’un tel projet génial et gardé secret dans l’une de mes villes préférées. Ça a été un honneur de peindre avec ces artistes et d’être photographié par Martha Cooper ».
Tristan Eaton ajoute « Nous étions tous rassemblés pour faire ce que nous aimons tous par dessus tout (…) ce fut une expérience très forte ».


14h de travail pour un résultat que nous ne pourrons voir qu’en photos, mais quel résultat !

Source photos : BSA

Partager sur: Twitter | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?