Interviews

L'autre visage du PPA crew

       

Par Chrixcel |  Publié le Samedi 11 Avril 2015.

Cet artiste aux influences polynésiennes graffe des visages et des animaux tour à tour grotesques et torturés sur les murs de la région parisienne... Interview et vidéo en action.

 

Qui es-tu Nosbé, d’où vient ton blaze et depuis quand dessines-tu?

 

Originaire de la banlieue sud, j’ai la trentaine passée et porte ce surnom  depuis qu’il m’a été donné par un pote au lycée. Je fais des remplacements dans des collèges et lycées d’Ile-de-France en tant que prof d’arts plastiques, ce qui me permet de gagner ma croute (mouais) tout en gardant un pied dans le domaine créatif. Je dessine depuis tout gamin. Mon séjour de plusieurs années à Tahiti m’a fait découvrir les arts océaniens et les tattoos représentant des divinités sous la forme de visages très stylisés.

 

 

Au début je les ai beaucoup copiés, puis peu à peu personnalisés jusqu’à trouver le style actuel. En 1992, de retour en France, je découvre l’univers du graffiti en voyant des graffs le long des voies ferrées du RER. Ces lettres et ces couleurs, dans un contexte pour moi inhabituel, me plaisent et m’encouragent à faire mon premier graff sur le portail d'un pote…une feuille d’un végétal très connu dont je tairai le nom (!). L’instrument « bombe » sur le coup m’a assez surpris et pas tellement plu. S’ensuit alors une longue période de 10 ans où je dessine beaucoup mais sans vraiment toucher un cap, malgré quelques tentatives peu fructueuses bien qu’encourageantes. Pendant tout ce temps je reste très attentif aux productions de tags, graffs et autres interventions urbaines.

 

Et la création du PPA crew ?

En 2003 je rencontre Shaka en fac d’arts plastiques, qui m’emmène à plusieurs reprises en terrain où je réalise les premières peintures durant lesquelles je commence à apprécier la bombe aérosol. On peint alors quelques temps côte à côte et au fur et à mesure le mix se fait naturellement au vu de la compatibilité de nos styles, dont la fusion nous amène à réaliser notre première peinture «featuring»  en 2005. Elle marque la naissance « officielle » du crew PPA (Petites Peintures entres Amis), dont nous sommes les 2 seuls membres. On a enchaîné de 2006 à 2008 des fresques dès qu'on le pouvait  (1 par mois). Maintenant nos emplois du temps sont plus difficiles à coordonner... 

 

Première collab PPA (fin 2005)*

 

https://www.fatcap.org/uploads/msc/2011-08-01/rglr_e4af76b11078207c095b79b16a2528782b116139.jpg

Shaka & Nosbé (été 2009)

 

Shaka & Nosbé (printemps 2010)

 

Parle-nous de ton mode opératoire…

Je préfère la peinture dans des endroits plutôt tranquilles, parce que j’aime bien prendre mon temps et que ça se prête bien au freestyle. C’est pour ça que  je n’ai jamais vraiment été dans  le délire  vandale, même si ça reste pour moi un aspect essentiel dans le Graffiti et que je m'y intéresse toujours.

 

"Incruste tassée" ! (hiver 2010)*

 

Ma tendance va à l’improvisation directement sur le mur, privilégiant la spontanéité à la copie d'un dessin. En général je commence par un œil,  puis l'autre et je construis le visage de façon assez aléatoire en équilibrant l’ensemble au gré de mes tracés. Je suis aussi bien motivé pour les productions en couleur qu’en noir et blanc, mais j’ai une préférence pour le n&b et les contrastes de couleurs assez forts.

 

Dessin au bic

 

J'envisage alors le mur comme une grande feuille de papier ; la bombe remplace aussi bien le bic que la plume, le feutre, la gomme ou le crayon noir. Avec des potes comme Shaka ou Piz avec lesquels j’ai un bon feeling créatif, nous laissons libre cours à l’impro au travers de « cadavres exquis » (NDLR : terme inventé par les surréalistes pour désigner un processus de création à plusieurs où le hasard et l’inconnu jouent un rôle déterminant). 

 

Piz & Nosbé (2011)

 

En moyenne, combien de fois par semaine vas-tu peindre ? Est-ce que tu es accro à la peinture comme beaucoup de graffeurs ?

Je peins assez régulièrement 1 à 2 fois par semaine suivant mes dispos et mon stock de bombes. Même si je peux assouvir ma passion sur papier ou toile, la peinture sur mur reste un vrai kif (et mon seul sport) ! 

 

 

Tu as tes terrains habituels ou tu es plutôt du genre explorateur, à la recherche de murs vierges ?

Disons que je ne suis pas vraiment du genre "aventurier" et en plus j'ai la chance d'avoir un terrain plutôt cool assez proche de chez moi...mais les quelques explorations de friches que j'ai pu faire ont à chaque fois été des purs moments où tous les murs te font de l'oeil et tu cogites à comment intégrer ta pièce dans le décor. Les murs vierges c'est un défi ! 

 

Résultat d'une exploration en friche plutôt concluante (2011)

Les artistes / styles que tu admires ?

Côté classiques, Picasso, Dubuffet,  Giacometti, Jérôme Bosch (cf. le triptyque du Jardin des Délices), et les Arts Premiers. La BD (belge, Fluide Glacial,...) toute l’imagerie rock /metal / punk (les pochettes d’Iron Maiden ou celles des Bérurier Noir dessinées par LauL ont marqué mon adolescence). Côté graffeurs, les dernières prods qui m'ont vraiment plu sont celles des GF (Ghetto Farceurs), des ONOFF, de MONSIEUR QUI, BLU…je suis assez fan aussi des illustrations qui paraissent dans le mag Juxtapoz

 

Toile (195x130 cm)

 

Que penses-tu de l’enthousiasme actuel du public pour les arts urbains ?

Je trouve ça plutôt bien que l’on s’intéresse à des artistes qui ont un parcours moins classique que ceux qui sortent des écoles d’arts ou d'ateliers réputés. En revanche je déplore la bulle spéculative autour de ce mouvement où gravitent des individus parfois plus motivés à acheter des toiles pour un nom que poussés par un réel coup de coeur pour le travail de l’artiste. Personnellement je suis content si des gens apprécient mes pièces et sont prêts à investir pour en acquérir, mais je n’ai pas l’âme d’un commercial, je fais assez peu de promotion même s’il m’arrive de réaliser des ventes à mon atelier, lors d’expositions collectives ou de ventes aux enchères.

 

 

Pour toi, quel intérêt présente l’enseignement des arts plastiques au collège  ?

 

C’est essentiel pour donner aux élèves un éclairage différent sur le monde et les encourager à s’exprimer autrement qu’avec des mots. Le plaisir, l’expérimentation de divers outils / supports, l’imagination, la créativité permettent à l’adolescent d’ouvrir son esprit à de nouveaux horizons, qui selon moi le libèrent de ses inhibitions et des schémas qu’on lui inculque dès son plus jeune âge. C’est toujours un challenge d’éveiller la sensibilité des élèves tant elle est étouffée par les parasites que sont Tf1, les émissions comme Carré VIP, la culture des marques,...

 

Une triplette bleue (2011)

 

En parallèle de ton métier, as-tu des projets et souhaiterais-tu développer ton activité artistique ?

C'est clair que je passerais bien plus de temps à dessiner et à peindre, pourquoi pas essayer de nouvelles techniques (gravure, sculpture) et peut-être même qu'un jour je ferai une expo ! Vivre de sa passion n'est pas donné à tout le monde, pour moi ça reste pour l'instant un doux rêve.

 

Palaiseau*

 

Pour finir, as-tu une anecdote à raconter sur ta pratique du graffiti ?

Shaka qui en reculant met le pied dans un pot de 10 litres de peinture... j'me suis bien marré…

 

En mode Totem*

 

Dédicaces ?

DKP, ADM, Shaka, Jorge, Pesa, Howie, Ksam, l’Ironik Crew, Piz, la St-Charles Team, Toulé, Sava et tous ceux qui savent que je les apprécie !

 

Texte & Photos : Chrixcel sauf * Nosbé.

 

Nosbé a été filmé par Lolam à la Piscine Molitor. Nous remercions une fois de plus à cette occasion la Compagnie des Maîtres Nageurs pour son accueil avant le début des travaux débutés ce 1er août à la "sixtine du graff" pour sa transformation en hôtel de luxe....il nous restera de sacrés souvenirs de ce lieu mythique !

 

 

Vous retrouverez cette interview illustrée d'un choix de photos par Tarek Ben Yakhlef et Olivier B. Oto dans le numéro 3 du magazine papier Paris-Tonkar actuellement en kiosque.

 


Pour aller plus loin

Nosbé flog

Nosbé Flickr

Shaka

Pool Flickr PPA

Partager sur: Twitter | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?