Interviews

MTO

       

Par Vincent Morgan |  Publié le Vendredi 26 Juin 2009.

MTO est un artiste originaire de France installé à Berlin qui fait parlé de lui grâce à des peintures en noir et blanc représentant des personnalités célèbres issus de la musique et du cin

mto vincent cassel portrait

 

FC: D’où viens-tu? Raconte-nous tes débuts et ta découverte du graffiti
Je suis français, j’habite a Berlin et j’ai commencé à bomber le 19 mai 2008 à Barcelone grâce à Arone, le créateur du crew TWE. Mon «parrain» de graff en quelques sortes puisque c’était son idée. On été pote sans aucun rapport avec le graff, il m’a proposé une paire de fois d’essayer et j’avais remis à plus tard. Je ne me sentais pas spécialement concerné, bien que je suivais déjà l'actualité graffiti /street-art depuis pas mal d'années. Il a finalement réussi à me faire essayer quand on est partis ensemble visiter Barcelone et j'ai accroché.


FC: Que signifie ton nom et comment l’as-tu trouvé?

«MTO» pour Mateo. Je suis pas allé chercher bien loin. Et puis ça m’a fait marrer de voir que «MTO» soit aussi, entre autres, une société de nettoyage qui décape les graffitis.


FC: Pour quel crew tu représente ?

A l’heure actuelle je ne fait partie d’aucun crew. Je suis évidemment connecté aux TWE qui m’ont fait découvrir le graff et avec qui je peint quand je passe en France mais je ne fait pas partie du crew. Je voulait prendre tranquillement le temps d’apprendre à me servir d’une bombe de mon côté, et puis je ne savais pas, à ce moment là, si j’allais continuer ou me lasser rapidement.

 

Bob dylan mto   


FC: Qu’est ce qui t’as poussé à créer tout ça ?

Je vois mes série de portraits un peu comme du writing sauf que je remplace la variation du style de la lettre par la variation des visages. C’est l’empreinte que je laisse là ou je passe, ma manière de militer en même temps pour l’art de rue et pour les artistes dont j'apprecie le travail et qui constituent ma culture personnelle.
 

Les créations pour magasins sont plus des exercices de style in-situ ( projet photo-montage + réalisation à la bombe) qui me permettent de montrer mon travail de manière plus ou moins libre mais durable. Exemple : Pour "Heeere's kreuzberg!" (avec jack nicholson) j'ai pu faire ce que je voulais alors que "Shiva JOLIE" était originalement faite pour être "Shiva HAGEN" avec Nina Hagen en shiva complètement dégentée et surmaquillée se bagarrant avec Jack Nicholson, placé en face, de l'autre coté de la rue, mais la propriétaire du magasin ayant refusée et voulue Angelina JOLIE ... il a fallu s'adapter !


FC: Peux tu nous faire un petit topo sur la scène graffiti dans ta ville ?
Je ne saurais pas trop par où commencer, je pense que Berlin est assez connue pour sa scène artistique explosive. La ville est une bande-déssinée géante, et le graff est partout.


FC: Comment tu définirais ton style ?
«Work in Progress»


FC: Qu’elle est la place du graffiti dans ta vie ?
Grandissante.


FC: C’est quoi tes gout en terme de livres et de films ?
LIVRES : Eric-emmanuel SCHMIDT, Pierre DESPROSGES, Virginie DESPENTES ...
FILMS : Tout Jim JARMUSH, Chris MARKER «La jetée» et «Chat perché», «Akira», «Pi» ... le premier film d’alain resnais, sur la vie à rebourd d’un bol en plastique rouge....

 

chris maker la jetée

 

akira manga

 

emmanuel schmidt le sumo

 

 

FC: Ta citation préférée ?
"Les gardiens de la paix, au lieu de nous la garder, y feraient mieux de nous la foutre" Coluche
   
                                           
FC: Tes sources d’inspiration ?
La musique, la photographie, le cinema de genre ou d’investigation, l’art de rue ...


FC: Cite nous un artiste dont tu admire et respecte le travail.
Un seul serait difficile, disons une poignée pêle-mêle : Banksy, Arman , Zevs, Space invader, Harun FARUCKI , julian BEEVER, Annie LEBOWITZ, ernest pignon ernest, Chris MARKER ...


FC: Si ton style était une chanson ou un groupe de music ce serait quoi ?
A l’heure actuelle ce serait sans doute «If you want me to stay» de Sly & the family stone, ou «The Letter» par Al GREEN.


FC: Ton style est trés réaliste, comment t’es venue cette envie de représenter fidèlement des personnages?
Ca tient à ma culture personnelle, j’ai été élevé dans la photo n&b par mon père, grand amateur d'argentique.       


FC: Pourquoi en majorité des personnalités souvent issue de la scène Black music?
Je ne l’ai pas vraiment prémédité, ayant focalisé ma première année de graff sur la musique, il se trouve simplement que la plupart des musiciens que j’écoute et à qui j’ai eu envie de rendre hommage, sont noirs et poussent des petits cris entre deux couplets avec les yeux fermées et les sourcils froncés ... mais je vais être amené à en dessiner d’autres qui ne sont pas noirs..... sûrement plus de femmes aussi ...... .

 

Jim Carrey MTO graffiti a berlin

 

FC: Comment organises-tu tes peintures ? tu fais des sketches ou t’es plutôt freestyle ? Est-ce que t’as tes petites habitudes ?
Je suis juste obligé d’être un minimum organisé pour le matériel sinon je m’entraîne à peindre dans toutes les conditions, C’est d’ailleurs pour ça que le niveau de mes prods reste assez variable. J’ai seulement pour habitude d’avoir une compil' dans le mp3.

Pour ce qui est de l’organisation dans la peinture je suis encore en phases de test, je ne suit pas toujours le même protocole ou la même organisation, je cherche ....
  

FC: Comment accordes tu tes couleurs? De ce que j’ai pu voir tu reste souvent dans les tons Noir et blanc - rouge
Au début j’avais pleins d’idées qui se bousculaient, je voulais faire tout et rien à la fois, alors je me suis imposé des restrictions : un code couleur simple mais efficace et qui me permettait de comparer d’un portrait à l’autre, de voir plus clairement ma progression ainsi que les défauts qui restent. Et puis c’était un moyen de rendre mes prods identifiables comme appartenant à une même personne à l’intérieure de l’énorme panel de street art dans les rues de Berlin. En fait, l’ensemble de mon style jusqu’ici s’est défini en réponse à mes contraintes de travail.

Mais il y a de grandes chances que tout ça évolue dans le futur. Je risque de changer d'orientations. J’y vais simplement par étapes et par envies.


FC: Quelles sont les caractéristique d’une pièce de MTO
?
En général, un portrait «type» dans la rue, mesure entre 2 et 3 mètres de haut, et me prend entre 2 et 5 heures . Je travaille uniquement à la bombe, essentiellement Belton. Côté technique, dans la rue je fait tout à l’oeil à partir d’une photo. Sur les magasins, pour pas mal de raisons notamment le temps et la taille, je prend en photo et compare sur ordinateur d’un jour sur l’autre pour corriger les erreurs de proportions.


FC: Quelle réaction tu voudrais que ton graff évoque chez les gens ?

L’envie de voir le reste de mon taf.

 

Jimi hendrix art MTO

 

FC: T’as déjà eu des embrouilles avec des graffeurs ?
Jusqu’ici jamais, je suis toujours tombé sur des gars plutôt accueillants. Et puis pour le moment je peint surtout sous forme de missions : je viens, je peint et je repart. A Berlin, j'essaie d'être attentif à ne pas perturber le réseau local, à recouvrir sans vexer, mais ça m'est arrivé de faire des erreurs.


FC: Une anecdotes sur tes sessions graff ?
Et bien justement une fois j'ai recouvert par ignorance un king local nommé "SOME" et dés le lendemain j'ai commencé à recevoir des "mails d'amours" des fans du gars en question. Et peut-être deux semaines plus tard, je suis allé a Görlitzer Park en pleine après-midi, habillé en mode "ce mec, j'arrive pas à m'en rappeler" pour recouvrir un de mes portraits, jamais publié car je ne l'aimais pas. En arrivant je trouve un parfait touriste devant, le prenant en photo. Du coup, me voyant déballer le matos, il me demande (en allemand) ce que je vais peindre. Je lui répond "spike LEE". Il me demande pourquoi je repeint ce graff. Je lui explique que c'est le mien, il se marre. Et il me demande si je ne peint plus de musiciens. Sur ce, je lui demande s'il à déja vu des tafs que j'avais fait. Là il me montre des photos sur son appareil numérique, dont la photo en question ou j'avais recouvert ce gars. Naturellement je lui demande comment il a prit cette photo vu que ce graff n'est peu-être même pas resté une journée avant d'être re-recouvert par "SOME". Il me dit qu'il a sans doute eu de la chance, se marre, un peu gêné, puis finit par m'avouer que c'est lui, "SOME" en mode touriste pour faire sa tournée "bombe dans le sac", que c'est grâce au fait qu'il suit mon travail sur internet, qu'il a pu me rerecouvrir en moins de 24h et qu'il faisait donc partie des messages de "complainte". Evidemment j'étais sur le cul, j'ai bien dû lui redemander quatre fois et on s'est marré devant le comique de la situation. Je lui ai présenté officiellement mes plus plates excuses et l'ai invité pour un café. On a sympathisé et décidé de peindre une pièce ensemble à l'endroit de la rencontre histoire de scéller la fin de cette embrouille, ce qui a donné la pièce "spike LEE feat. SOME" et qui marque le début de ma deuxième série sur le cinéma.

 

spike lee mto

 

 

FC: Ta meilleure expérience en graff ?
Je ne sais pas si c’était la meilleure mais en tout cas la plus marquante était le premier magasin avec Nicholson. Au moment de commencer je faisais pas le malin. Ca ne faisait que deux mois que je graffais. Les stores du magasin sont trés grands et situés à un carrefour ultra fréquenté et visible, avec des terrasses, il fallait vraiment s’afficher et pas se rater.

 

Heeeeere's Kreuzberg!


nicholson mto

 


Pump up the volume

e

 

FC: C’est quoi pour toi le spot parfait, et le graffiti parfait ?
Le spot parfait c’est le mur situé juste derrière mon premier magasin avec un cosmonaute géant fait par «Victor ASH». Le mur est énorme et donne sur une grosse artère surplombée par le métro aérien en plein coeur de kreuzberg. passage maximum, image immanquable. Ce dessin s’est retrouvé sur tout les bouquins de street art de Berlin, souvent en couverture.

Le graffiti parfait ...? peu-être certains lettrage de Bando ou le portrait de joey starr par Alex des MAC ... bluffant! Il m’a fallu le voir dans plusieurs bouquins pour arriver à croire que c’était pas une photo. j’aimerai beaucoup le voir taffer en direct.

Ou encore DE NIRO (entre autres) de Flow le portraitiste TWE, il a un niveau technique assez hallucinant. Arone me l’a présenté, on se tient au courant à distance et je lui tire la bourre pour essayer d’égaler son niveau mais va falloir mettre les bouchées doubles parce qu’il a de l'avance et il continue de progresser.

 

John coltrane portrait graffiti



FC: Dans quelle direction tu veux faire évoluer ton style ?
Bonne question, je me la pose aussi, j’ai pas mal d’idées, j’ai assez envie de me diversifier mais c’est encore en gestation.... à voir! Je me donne le temps.


FC: Qu’est ce qui fait pour toi qu’un graff est mortel?

J’avais des tas d’idées précises à ce sujet mais depuis que j’habite a Berlin j’ai découvert tellement de styles différents qui s’affichent a des tailles ou des nombres monumentaux que je me suis laissé convaincre par des choses que je n’aimais pas du tout à la base.


FC: A qui appartient la rue ?

A ceux qui la font vivre, je dirais.


FC: C’est quoi pour toi l’ultime reconnaissance ?

Un fantasme pour moi, serait d’avoir accès à des projets urbains de fou comme BLU ou le cosmonaute précedemment cité : dans une grosse capitale, un mur vierge bien placé, de 10-20 mètres de haut, thème libre, charriot èlevateur et bombes fournies, avec un délais assez large. C’est l’eldorado du "street artist".


FC: Comment tu vois le graff évolué dans les 10 ans a venir ?
Je pense que ça ne fait pas assez longtemps que je pratique pour me lancer dans ce genre de suppositions.


FC: Quelle différence fais tu entre le graff et ce qu’on appel le street art ?
J’aurai tendance à dire que le graff est un des domaines, une des disciplines du street art. Les gens qui n’ont pas de moyens de visibilité ou de diffusion décident de s’exprimer dans la rue, aux yeux du plus grand nombre, par leur propres moyens, parfois légaux, parfois non. Dans le street art, comme son nom l’indique, c’est l’art dans la rue, donc on peut trouver de tout (graff, tag, sculpture, peinture, pochoirs, autocollants, installation, performance, musique, y a même des tricoteuses maintenant ...) Le graffiti, lui s’est démarqué car il a développé sa propre culture autour d’un outil en particulier, choisit au départ de manière pragmatique : mobile, résistant, relativement léger, gros impacte visuel ... adapté pour la "guérilla urbaine". Le graff et le tag sont trés codifiés, c’est l’art de vie gazeux, une guerre de représentation qui passe par la recherche graphique des limites de cet outil.

Personnellement, je fait du street art, c'est sûr ! Du graffiti, ça reste discutable. J'utilise le medium graffiti dans la rue mais ça ne fait pas pour autant de moi un graffeur étant donné que je n'ai (jusqu'ici) ni défendu les couleur d'un crew, ni pratiqué le lettrage. Pour le moment, je suis ..... disons, peintre aérosol !


FC: Est-ce que le graffiti rend libre ?
Je ne sais pas trop. Ca dépend de quel genre de graffiti on parle mais si on demande a ceux qui vont payer 2000 euro par mois à vie pour des dessins, ils ne seront peu-être pas d’accord. Le graff, lui, n’est pas libre, et je ne suis pas convaincu qu'il soit fait pour l'être !


FC: Pourquoi le graffiti fait peur?
Je pense qu’il fait peur car il fait partie de ces pratiques nées des quartiers populaires et/ou défavorisés. Imagine un peu dans la tête des gens (trop) biens pensants : il y a des mecs qui peignent dans le métro la nuit, d’autres qui sautent d’immeubles en immeubles, encore d’autres qui dansent en faisant des tours sur la tête .... c’est effrayant!!!  je crois que ca vient surtout du fait que les pionniers de ces disciplines n’ont pas demandé l’autorisation d'expérimenter tout ça, ils ont prit le droit de leur propre chef, c’est la notion d’illégalité qui effraie. Surtout si tu ne connais le graff ou le street-art qu’a travers les reportages à sensations du service publique.


FC: Tu pratiques une autre forme d’art, mis à part le graff?
Video, graphisme, dessin, photo argentique et pas mal de design/bricolage.


FC: A-tu un son que tu a brulé en session graff?
Plusieurs. Notamment «simply beautiful» de Al GREEN pour me concentrer au moment de commencer.


FC: T’as des projets à venir ?
Pas mal, oui, mais ça évolue au fur et à mesure .... La musique a été l'enjeu de ma premiére saison de graff, pour la deuxième saison je me suis lançé sur le cinéma sans clôre pour autant la précédente série, pour la suite je ne sais pas trop comment ça va évoluer. Je sais juste que je ne peux pas faire QUE du graff, je doit garder un lien avec mes autres activités. Ca dépendra des envies et des opportunités qui se présentent.


FC: C’est quoi ton but ultime ?
Garder le plaisir, peu importe le médium.


FC: Une dédicace?
Aux TWE : Arone, Flow, Skuz, Haiastan, Deza, Frog ...

 

Flickr de MTO

 

MTO sur FatCap


MTO Myspace

 

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?