Covering

Une Tour de Street Art à Paris

       

Par Chrixcel |  Publié le Lundi 30 Septembre 2013.

La Tour 13 - Une variante « Tour de France 2013 » façon Street Art & Graffiti : un projet d'envergure !

La Tour 13, baptisée ainsi en raison de sa localisation dans l’arrondissement éponyme au n°5 de la rue Fulton, est le nom d’un projet initié par Mehdi Ben Cheikh, directeur de la Galerie Itinerrance.


Que ce soit David Walker (ci-dessous) ou Katre (ci-dessous), à chacun sa baignoire pour se mettre dans le bain !



Les calligraphies d'El Seed, rehaussées d'orange fluo et également visibles sur la façade du côté du métro aérien, font écho à celles, sombres, de Shoof (ci-dessous).


 

El Seed © flatjeff


 

El Seed

Pour Shoof (dont le blaze signifie « regarde  ! » en arabe), les lettres sont des prétextes, des briques de matière première. Cet appartement a constitué une sorte de laboratoire de recherche. Dans ces pièces qu’il a repeintes presque tout en noir, il a pris comme base neuf phrases triturées jusqu’à ce que leur signification disparaisse, résultat de saturations et de superpositions en filigrane. Il dit lui-même que la lisibilité n'existe pas dans son travail, mais il nous donne deux phrases, la première et la dernière «  le point est "mère" de toute construction » et « Kill Bill... or die trying ». Libre à nous d’interpréter… ou pas ! Pour comprendre son travail dans sa globalité, il faut de toute façon le voir in situ...


 

Shoof

 

La Tour 13, c’est 9 étages comprenant 36 appartements et totalisant 4500 m² de surface en bord de Seine, le tout investi par 100 artistes locaux et internationaux pendant près de 7 mois.



Calligraphies, typos, tags, mots, flops, etc, l'édifice, telle une tour de Babel, regorge de langages, de signes et de messages à chaque étage, selon l'humeur et les envies de chaque artiste, libres ici de s'exprimer... comme Sean Hart (ci-dessus) qui glose sur mur en parlant de murs.


Peeta


Le projet de la Tour 13 s’inscrit dans un projet global de fresques murales réalisées dans le secteur avec le concours de la Mairie du 13ème depuis 2010.


Inti - (re)voir aussi son mur au 129, avenue d'Italie... 


Il aura fallu 8 mois de négociations à la Galerie Itinerrance pour obtenir les autorisations nécessaires à la mise en place de cette aventure picturale dont l'accès est ouvert à tous et gratuit pendant un mois à partir du 1er octobre jusqu'au 31. Sa vocation est de faire parler d'elle et des artistes... et elle y parvient !


Liliwenn & Bom.K - 9ème étage


Le projet est né en amont d’un concept similaire chapeauté par la galeriste Magda Danysz aux Bains-Douches, et révélé au public en avril dernier. Seul un groupe restreint de visiteurs avait pu voir les œuvres in situ avant l’arrivée des pelleteuses, suivant des règles strictes quant à la publication des photos des œuvres  : exclusivité et sécurité oblige…


Au second étage, le singe tracé à la craie de Philippe Baudelocque demeure comme prostré dans sa chambre noire, en attendant sa disparition prochaine. 


Mais si on pouvait parler de friche ou de chantier s’agissant de l’ancienne boîte de nuit mythique frappée de péril, la tour HLM est actuellement semi-abandonnée  : des locataires occupent encore leur appartement avant d’être relogés dans un autre HLM… La situation vue à travers le prisme social est donc pour le moins atypique !


Moskos & Associés - l'effet cinémascope n'est pas comprise dans l'installation, mais le jeu de regard-miroir est quant à lui bien réel...


Quoi qu’il en soit, cette tour envoie du lourd, ne serait-ce que pour la qualité des œuvres présentées  !



Œuvres... et fictions ! Nilko et ses acolytes Nebay et Bugz se sont fait surprendre par WhiteMan et les Toy Boyz, personnages fétiches de Nilko. Bilan : Nebay succombe sous les coups d'un marteau, Bugz écope d'une mauvaise finition au rouleau et le survivant se retrouve avec un doigt coupé... la preuve sanglante dans le montage ci-dessous et cette scène de crime toute en tags, flops et dégoulinures du sol au plafond.  



Si Kan des DMV est peu pointilleux sur son étiquette (pointilliste ou pixelliste, c'est kif-kif), sa Chapelle Sixtine ressemble en tous points (ou presque), à celle du Vatican ! 



Autre "pointilliste", l'Australien Jimmy C (le Georges Seurat du street art ?) a réalisé un portrait d'Arthur Rimbaud tout en bleu...



Un bleu que l'on retrouve chez Lek, Sowat et The Spaghettist (ci-dessous), accros des sous-sols, qui ont travaillé avec les objets trouvés sur place et ont réalisé des peintures du sol au plafond, avec la collaboration de Roti. On n’imagine pas, en déambulant dans ce dédale psychédélique éclairé à la lumière noire, dans quel état désastreux se trouvaient les caves avant que le quatuor ne décide d’y établir sa "résidence artistique"… Des jours de déblayage / nettoyage ont été nécessaires pour arriver à ce fabuleux résultat…



Ci-dessous, l'installation d'Antonio Garcia Leon, vue au fisheye par © flatjeff - un petit air de "veuillez nous excuser pour cette interruption des programmes"...



Sambre : c'est ce qu'on appelle faire du porte à porte ! Bluffantes, les installations de cet artiste sont aussi ingénieuses qu'étonnantes.



La méduse endormie de Seth, pour ainsi dire, lappe les lattes du parquet...



Ces créations éphémères et résidences précaires, qui ont cohabité pendant des mois, convergent cependant vers une même finalité  : fermée au public à partir du 1ernovembre, cette tour des années 50, devenue vétuste, sera rasée en 2014 pour permettre la reconstruction d'un HLM neuf.

Parmi les collaborations inattendues et fructueuses, à voir aussi celle d’Alexöne et de Julien Colombier, où peinture et pastel se répondent jusqu'au plafond (ci-dessous).



De ces œuvres, il ne subsistera qu’une trace sur Internet via le site et Twitter (#tourparis13), ainsi qu’un documentaire vidéo visible en 2014 réalisé par Thomas Lallier pour France Ô.


Gravées dans le mur, la France a le cœur EURO et la Corse s'écorche... une œuvre discrète de ± Maismenos

 

Passée la date du 31 octobre, les œuvres digitalisées publiées sur le site seront désaturées, et les internautes auront 10 jours pour cliquer sur leur photos préférées pour ainsi leur rendre couleur et… virtuellement vie. Une forme de vote-sauvegarde interactif, en somme, pour leur permettre d'avoir droit de cité sur la toile…


Rea, pleins tubes © flatjeff

Photos © Chrixcel et flatjeff, avec l'aimable autorisation de Mehdi Ben Cheikh, (Galerie Itinerrance). Photo bannière : Ludo à gauche, et à droite la façade taggée par les Brésiliens Rapto. Les pixadores de São Paulo font leurs tags sur les immeubles d’une manière propre à eux, qu’on appelle pichação.


Ouvert au public du 1er au 31 octobre, du mardi au dimanche, de 12h à 20h.

France  : AGL, Alëxone, Amin, Philippe Baudelocque, Bom.K, C215, Rodolphe Cintorino, Julien Colombier, Céleste Java, Dan23, Fenx, Gaël, Gilbert, Inti Ansa, Kan, Katre, Legz (The Spaghettist), Lek, Liliwenn, Ludo, Madame Sanbor, Marko93, Matéo Garcia Leon, Moskos & Associés, Myre, Nebay, Nemi Uhu, Nilko, Rea 1, Sambre, Roti, Sean Hart, Sébastien Preschoux, Seth, Shaka, Shuck2, Sowat, Spazm, STeW, Tore, Uno - Portugal  : Add Fuel, Belem, Corleone, Eime, Joao Samina, Kruella, Mar, Mario Belem, Pantonio, Paulo Arraiano, Vhils, Maismenos - Italie  : 108, Agostino Iacurci, AweR, Dado, Etnik, Hogre, Hopnn, JB Rock, Joys, MoneyLess, Mp5, Orticanoodles, Peeta, Senso, Tellas - Brésil  : 2mil, Ethos, Flip, Herbert Baglione, Loiola, Rapto, Speto, Tinho - Arabie Saoudite  : Aous, Azooz, Maryam, Maz – Chili  : Inti Castro, Nano - Tunisie  : Dabro, eL Seed, Shoof - USA  : Cope2, Indie 184, Jonone - Espagne : BToy, Uriginal - UK  : Guy Denning, David Walker - Australie  : Jimmy C, Vexta - Iran  : A1one - Argentine  : Jaz - Mexique  : Stinkfish - Luxembourg  : Sumo.

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?