Interviews

Hassan Massoudy

       

Par Sophia Fatcap |  Publié le Lundi 11 Mai 2015.

Interview d'Hassan Massoudy, calligraphe irakien de renom. Il parle de son art, de son expérience du graffiti et de l'inspiration artistique. Rencontre dans son studio en vidéo.

FatCap TV vous propose pour la rentrée une interview exclusive du grand calligraphe irakien Hassan Massoudy en vidéo :


Visualiser la vidéo sur le FatCap TV


Hassan Massoudy a acquis depuis longtemps une reconnaissance internationale grâce à ses calligraphies arabes. Cet artiste irakien est installé à Paris depuis 35 ans et ses talents dans l’art de sublimer les lettres n’ont pas échappés aux graffeurs d’ici et d’ailleurs. De Marko93 à El Seed, en passant par Esper ou Olson, nombreux sont ceux qui le citent comme une référence et une source d’inspiration.


Entretien avec le calligraphe Hassan Massoudy


Rencontre dans l'atelier de Hassan Massoudy.


Son atelier se trouve sur le quai de la Marne, dans le XIXe arrondissement de la capitale. Vu des bords du canal de l’Ourcq, la façade ne présente aucun signe extérieur de richesse artistique. Passée la porte, c’est autre chose : Des centaines de calligraphies format A3 sont soigneusement empilées. Sur celles qui sont accrochées aux murs, on reconnaît le style d’Hassan Massoudy. Ses dessins partent toujours d’une phrase, citation ou poèmes. Il met en exergue l’un des mots qui se développe sur toute la surface, tandis que le reste de la citation se fait tout petit, apparaît au bas de la feuille comme une fine dentelle accrochée au mot principal.



Calligraphe, Hassan Massoudy a un regard aiguisé sur le travail de la lettre. Alors si les graffeurs s’intéressent de près à son travail, il est en retour un observateur averti de leurs réalisation, dans le XIXe arrondissement et ailleurs. C’est donc très naturellement qu’il a contribué à l’ouvrage « Arabic graffiti », consacré au graffiti en caractères arabes. Il y écrit : « La calligraphie arabe et le graffiti sont deux sœurs. (…) Toutes deux ont pour objet l’utilisation des lettres et des alphabets, et leur centre de gravité est la beauté de l’écriture. (…) La ressemblance entre graffiti et calligraphie arabe est encore plus évidente dans le tag, car ici l’outil est presque le même : de l’encre et un stylo. »



Depuis 15 ans, Hassan Massoudy organise des portes ouvertes le dernier samedi de chaque mois dans son atelier. C’est à cette occasion qu’il a reçu FatCap, à quelques heures de ce rituel mensuel. Il parle de son parcours d’artiste, de son art et de ce qui l’inspire. Il livre aussi une parole rare et poétique sur la place du graffiti à notre époque.




Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?