Interviews

Graffiti de nuit

       

Par Vincent Morgan |  Publié le Mercredi 10 Mars 2010.

Interview avec Olive, photographe de Nancy qui présente en mars une série de clichés de graffiti nocturne. Peinture, terrains abandonnés et lampes torches au menu.

FC: Peux-tu te présenter et nous expliquer comment as-tu commencé à prendre en photo du street art?

Je m'appelle Olive, j'habite Nancy, et je me suis décidé à faire de la photo sérieusement depuis trois ans. Ma rencontre avec le street art c'est produite au lycée où on cherchait déjà notre style en griffonant nos pseudos pendant les cours. Puis certains de mes potes sont passés aux murs avec des pochoirs et après ont évolué vers d'autres styles . . .  Pendant longtemps j'ai kiffé voir les murs noirs de crasse ,dont ma ville ne faisait rien, se remplir de couleurs, de dessins, et de messages même si ils n'étaient pas tous de mon goût. Mais la vraie rencontre c'est faite lors d'une balade le long du canal à Nancy en 2006: j'avais mon appareil, y'avait un kilomètre de graffs sur le mur et une fois la moitié prise en photos il faisait nuit, donc j'ai fait le reste avec le petit flash que j'avais. Surprise en rentrant sur le PC, le rendu des images me plaisait, celles de nuit claquaient et en plus le graff au complet changeait pour proposer quelque chose de différent . . . L'idée venait de naître. 

 

Graffiti nocturne

 

nancy graffiti olive

 

Fresque de Insert Coin et Skule

 

FC: Quels sont pour toi les avantages de la photo de nuit, pourquoi ce style de photographie?

Premièrement parce que j'adore la nuit urbaine: c'est généralement calme, on est tout seul, il y a un esprit tamisé, c'est paradoxalement plus organique et moins humain. Deuxièmement parce que, comme dis précédemment les graffs se métamorphosent pour proposer quelque chose de vraiment différent, les couleurs ne sont plus les mêmes, les perspectives changent, bref une autre vie les habite, et bien sûr le cadre dans lequel ils sont est aussi complètement différent.


FC: L'éclairage nécessaire n'est pas lourd à mettre en place? As-tu mis au point des techniques de teinte ou de puissance de lumière pour varier les effets?

Je ne vais pas révéler tous mes secrets, même si en réfléchissant un peu c'est pas dur de trouver, mais pour aller dans les friches, se déplacer aussi vite, discrètement que les graffeurs et de plus de nuit, (ce qui demande pas mal d'attention, les vieux bâtiments sont souvent plein de pièges et je ne conseil à personne de le faire sans repérages préalables), il est important de voyager léger. Donc je n'utilise pas de flash, mais un éclairage portatif à batteries étant diversifié au niveau des ampoules (xénon, halogène, led) avec lequel je bidouille comme je peux avec la distance, des caches et des filtres pour obtenir l'effet désiré. Le reste je le fais avec l'appareil, souvent de très longues poses, chronomètre en main, pour obtenir des profondeurs de champ différentes.

 

Rodes graffiti de nuit

 

FC: Retouches-tu tes photos ?

Je ne suis pas partisan de la retouche, mais le cas de ces photos est assez spécial. J'en ai retouché trois, parce que des petits malins étaient repassés dessus avec des pauvres trucs, genre ça gâche tout, y'a aucun rapport avec le graff et en plus c'est ni du tag ni du graff, c'est un DX énorme sur le « Warner Bros » du Web Crew et franchement je trouve ça minable. Que ce soit recouvert complètement par autre chose, soit, que ce soit gâché, pour moi c'est pas crédible, et pourtant on peut dire qu'en graff j'y connais pas grand chose. Donc j'ai nettoyé trois graffs pour essayer de leur rendre leur côté original. Sinon je travaille un peu la luminosité mais j'aime l'instantané et j'essaie de prendre la bonne photo sur place, si je ne l'ai pas j'y retourne.

 

Olive graffiti de nuit


FC: Où est-ce qu'on peut voir tes travaux?


Mes travaux sur le graff de nuit sont regroupés en une expo appelée Noctambulations Part.1, exposée dans un salon de coiffure « In » de Nancy, Brin d'Esprit, pendant le mois de mars. J'ai quelques autres rendez-vous pour des expos cette année, mais je cherche vraiment à faire tourner ces photos  (30 images imprimées sur du dibon en 80x60) dans le plus d'endroits possibles, et aussi participer à des festivals de street en général.

Sinon vous pouvez les retrouver, parmi beaucoup d'autres, sur mon site: www.olivierletellier.fr

 

nancy graffiti

 

FC: Quels sont tes projets futurs?

Concernant les graffs et plus généralement le street art, je me suis rendu compte qu'il y avait un vrai intérêt de la part des graffeurs et du public, de voir ces oeuvres, vues et photographiées avec un autre regard, exposées au grand jour. J'ai une petite photothèque de mes repérages, plus Noctambulations Part.1. Mes premiers repérages étaient faits à l'arrache, mais maintenant que j'ai un projet concret, tout change. En effet j'aimerais vraiment me faire un tour de France, d'Europe, voire même plus, pour continuer mes photos de nuit, en trouvant des cadres aussi trippants que ceux que j'ai déjà, et des graffs à intégrer dedans. Tout cela entend que je ferais mes repérages de jour et qu'à la fin, s'il y en a une, j'aurais une « graffothèque » inédite et énorme à proposer. Mon problème aujourd'hui est de faire passer le mot et surtout d'avoir des contacts (à bon entendeur), pour pouvoir trouver les spots et les photographier.

Bien sûr j'ai d'autres projets ne concernant plus les graffs, mais toujours un peu dans le même esprit, la nuit, des éclairages et d'autres langages humains. . .

Merci Olive!

 

Olive Isokromik sur FatCap

 

Pour contacter Olive : olivierletellier@yahoo.fr


Plus de photographes sur FatCap

Partager sur: Twitter | Instapaper

Où c'est?