News

Expo Basquiat a Paris

       

Par Vincent Morgan |  Publié le Mercredi 10 Novembre 2010.

À l'occasion de l'exposition Basquiat à Paris, Fatcap revient sur la carrière de cet artiste qui a débuté par le tag et le graffiti dans les rues de New York.

Exposition Basquiat au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

 

Difficile en ce début d’automne de ne pas avoir entendu parler de Basquiat à Paris. En même temps que sortait sur les écrans le documentaire Jean-Michel Basquiat : The Radiant Child (réalisé en 2009 par Tamra Davis), le Musée d’Art Moderne (MAM) de la Ville de Paris lançait une exposition sous forme de rétrospective de ce peintre new yorkais, passé par le tag et le graffiti à la fin des années 70.


Jean-Michel Basquiat nait en 1960 à Brooklyn (New York), d’un père haïtien et d’une mère porto-ricaine : mythologies vaudou et bibliques seront au cœur de ses œuvres artistiques, de même que l'influence de sa ville natale : « Je ne suis jamais allé en Afrique. Je suis un artiste qui a subi l'influence de son environnement new yorkais ».

 

Exposition de Basquiat au Mam

 

Exposition de Basquiat a Paris

 

 

C’est en 1978, accompagné de son ami Al Diaz, que Basquiat commence à signer SAMO© (pour « Same Old Shit ») sur les murs de Manhattan, à quelques pas des galeries qui lui feront bientôt les honneurs. Un pseudonyme qu'il utilisera sur ses premières toiles avant de le rayer pour signer de son nom complet : Jean-Michel Basquiat.


À partir de 1980, Basquiat s'éloigne du tag et opte pour un travail artistique plus conventionnel, assez proche des formes du street-art. Il utilise alors tous types de supports recyclés (palettes en bois, cartons, encablures de portes...) et a déjà posé les bases de sa peinture : un travail torturé et complexe, empli de références religieuses et mythologiques où la forme humaine est souvent plus proche du squelette que du vivant.


Si la critique voit en son travail d'alors le côté immédiat et saccadé du graffiti (Basquiat utilise d'ailleurs encore des bombes aérosols pour certains tableaux), on sent que la toile lui permet un travail plus abouti que les murs : l'acharnement est perceptible sur certaines peintures, où l'artiste a gratté les premières couches pour encore repasser derrière au pinceau.

Basquiat est rapidement remarqué et passera d'un atelier à l'autre, d'une galerie à la suivante : après ses débuts chez la galeriste new yorkaise Annina Nosei, il travaillera dans un appartement à SoHo, puis exposera à la Fun Gallery de New York, à la galerie Bischofberger de Zurich (Suisse), chez Larry Gagosian à Los Angeles... Son confort matériel grandissant, l'évolution dans la peinture de Basquiat est palpable : les toiles semblent plus abouties, l'ensemble est moins fouillis, même si l'atmosphère torturée ne le quittera jamais.

 

Basquiat expose au mam à Paris

 

Basquiat exposition au Mam

 

 

L'influence de la rue aura, elle, été moins durable : si Basquiat conserve sa fameuse couronne comme sigle dans de nombreuses peintures, il se détache rapidement du graffiti : « Mon travail n'a rien à voir avec les graffiti. C'est de la peinture, ça l'a toujours été. J'ai toujours peint. Bien avant que la peinture ne soit à la mode ». Une sentence sévère mais qui se veut finalement réaliste : Basquiat a certes débuté dans les rues, et a souvent repris les codes du street-art, mais sa production artistique reste avant tout celle d'un peintre d'atelier au talent mythique.


Toute l'iconographie de ses huit années de peinture laisse un goût amer lorsqu'on a fait le tour de l'exposition. L'image d'un homme qui semblait exprimer dans son art son malaise face à la mort, exorciser ses démons en jetant sur la toile des personnages qui ressemblent trop à des cadavres pour ne pas en être. La carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat prendra un terme avec sa propre mort en 1988. Overdose.

 

 

Rétrospective Basquiat au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.
Du 15 octobre 2010 au 30 janvier 2011
mam.paris.fr/fr/expositions/basquiat

 

Texte: Wayz Da Radjaa (Raphaël Piéchaud)

 

Jean Michel Basquiat sur FatCap

 

Basquiat art

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS