Interviews

C215

       

Par Vincent Morgan |  Publié le Lundi 15 Juin 2009.

Connaissez-vous C215? C'est un pochoiriste parisien très actif dans le milieu. Il a développé une technique particulière qui met en lumière des personnages frappants. Après Paris, Londres, Casablanca, New Dehli, C215 n'a pas fini de recouvrir les rues de notre petite planète.

FC: D'ou viens-tu C215 ? Parles nous de tes débuts...
Je suis de Paris. je dessine depuis toujours et j'ai peint dans la rue avec une bombe aerosol la première fois il y a presque vingt ans. C'etait deja des vespas à taille réelle et j'en peins encore aujourd'hui, mais au pochoir et non plus en "free hand" ... J'en ai 35. J'ai suivi des études universitaires en histoire de l'art, jusqu'en doctorat à la sorbonne (PhD). Les choses ne sont devenues sérieuses que petit à petit.

FC: Quel était pour toi l'intérêt du street art et qu'est-ce qui t'a poussé à créer toutes ces oeuvres?
Le pochoir me permet de conjuguer ma passion du dessin et celle du graffiti. Il est si bon d'apposer dans une rue le travail de plusieurs jours en quelques minutes et sans aucune autorisation nécessaire ...



C215 pochoir dans la rue

 

FC: Comment définirais-tu ton travail?
Je fais du pochoir, réaliste mais stylisé, que je conçois artisanalament sans ordinateur, mais d'après photo. Je pars d'une photo pour en arriver à une autre, celle de mon oeuvre peinte en extérieur, qui s'intègre dans un cadre tout en le détournant.


FC: Apparement tu aimes beaucoup les expressions faciales, tu utilise beaucoup leurs forces dans tes pochoirs. Tu peux nous expliquer d'où te viens cette obsession?
Les visages sont des paysages, et ils permettent une grande variété d'expressions, de marquage d'identité, de parcours, donc autant de messages. Je peins surtout des clochards des refugiés et des gosses de rue, des gens qui vivent vraiment l'expérience de la rue et à qui le street art n'est jamais destiné ou presque.

Affiche de C215

FC: Quelle a été ta meilleure et ta plus mauvaise création?
On a tous le sentiment que la dernière est toujours la meilleure jusqu'à la prochaine qui nous en dégoûte :)

FC: Si ton style était un groupe de musique ou une chanson...
j'aime le swing, le folklore cajun, le ska, les vielles choses démodées

FC: J'ai vu une vidéo de toi à Londres dans laquelle on te voit peindre tes oeuvres dans la rue comme si c'était légal... c'est la meilleure façon de ne pas se faire arreter...
Le problème vient de la loi, pas de moi, donc je ne me sens pas coupable en le faisant. C'est plus naturel du coup...

FC: Tu prends de la drogue? As-tu besoin de produit pour être créatif? :)
Ahaha si seulement j'étais créatif, je n'ai jamais d'idées, que des obsessions ...

FC: Est-ce que tu penses que ton travail est quelque chose qui doit être préservé ou bien rester éphémère?
C'est pas mon problème, je ne m'en soucie pas, Je le fait, c'est tout.

FC: Quel a été ton pochoir le plus dangereux?
Peindre mon autoportrait à l'extérieur de la "National portrait Gallery" à Londres un vendredi après-midi avant le passage d'un énorme groupe de visiteurs sans autorisation...

FC: Quel genre de reaction voudrais tu que ton art évoque chez les gens?
Juste créer une émotion, et leur transmettre le sentiment de liberté.

FC: Quels sont tes spots favoris
Rouillé ou taggué...

FC: Tu peux nous parler de ton travail avec Dan23?
C'est un de mes meilleurs potes, il m'influence beaucoup. C'est une bonne chose pour l'émulation artistique d'avoir un ami aussi talentueux.

 

Pochoirs par C215


FC: Peux-tu nous décrire une journée type de C215?
Je suis un fou de travail, je travaille comme un robot. Je suis tellement heureux de pouvoir créer mes oeuvres que je n'ai besoin de rien d'autre.

FC: Comment choisis-tu tes images et leur emplacement dans la rue?
Tout est contextualisé, je prépare des pochoirs tous les jours, et chacun d'eux est pensé pour la prochaine sortie dans la rue.

FC: Que penses-tu de la hype?
Je ne sais pas quoi en penser. Je ne sors pas souvent de chez moi ou de mon atelier, sauf pour aller peindre dans la rue.

FC: Peux-tu nommer un artiste dont tu admire le travail?
Ernest Pignon Ernest

FC: Quelle est la différence entre le street art et le graffiti?
Le graffiti c'est marquer son nom avec du style dans la ville. Le street art c'est plus de transformer un contexte, une situation vers une architecture définie.

FC: Que penses-tu de la commercialisation du street art depuis quelques temps?

Ca pourrait être bien si les artistes continuaient a produire dans la rue. Beaucoup d'artistes sont tellement occupés avec les galleries qu'ils en oublient la rue.

Pochoirs par C215 dans la rue

FC: As-tu des projets dans l'avenir?
Beaucoup de choses, j'aimerais bien rester à un endroit calme et coupé du monde extérieur pour travailler pendant plusieurs mois et réapparaitre soudainement avec beaucoup de choses à montrer.

FC:Quel est ton but ultime?
Juste être libre de peindre et mourir. Et évidement  que ma fille soit fière de son père et lui apprendre ce que je sais si ça l'interesse.

FC: Le mot de la fin?
Arrêter de consommer.

Si vous voulez voir plus de pochoirs de C215 c'est ici --> C215 !

Suivez l'actualité du mouvement pochoiriste sur Stencil History X. Un site à ne pas rater.

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?