News

Ben Slow et Mear One

       

Par Wessame Benahcene |  Publié le Lundi 1 Juillet 2013.

Deux artistes ont lié leur talent pour produire une oeuvre qui critique sévèrement l'impérialisme américain.

Article de Wessame Benahcene pour FatCap

Si Saint Thomas avait eu une fibre artistique, il aurait revu sa citation et l’aurait transformée en : « Je ne peins que ce que je vois ». Ces paroles sont en réalité celles de Ben Slow. Ses créations sont vraisemblables, très esthétiques et véhiculent la beauté dans sa splendeur. Il s’amuse à lier le raffinement des belles images et l’état brut et goudronné des rues. Les matières en apparence difficiles à travailler sont un défi. « Le processus est aussi symbolique qu’esthétique ». Comme pour donner un sens au non sens, prouver que rien n’est impossible et que l’on peut donner de la beauté là où on ne pense qu’elle n’est pas présente. Des visages de femmes harmonieux habillent les murs de Los Angeles ou encore de San Francisco. L’artiste n’est pas pour autant américain mais nous vient d'angletter.



Ben Slow donne aussi à son art une forme de hasard, nourrissant son inspiration, notamment dans le choix de ses matériaux : « je n’ai jamais cessé d’étendre mes méthodes et mes techniques, en utilisant souvent des matières comme la toile. » En matière de technique, il laisse en revanche peu de place au hasard : « les portraits expressifs sont richement détaillés par un processus trompeusement complexe tant au niveau de la structure que de la couleur. »




Fini de rire. Le ton devient plus sévère quand le message n’est plus esthétique mais aussi politique. Le 14 mai dernier, l’artiste a allié son talent a celui de Mear One pour créer une œuvre bluffante véhiculant un message clair. La dame de fer Tatcher et l'ex-président Reagan se partagent l’affiche sur un billet de banque américain. « The United States Of The Imperialism Empire » invitant à « vendre son âme » pour enrichir les politiques et développer une « consommation de masse » instiguée par des groupes de pensés secrets comme les illuminatis dont le sigle apparaît sur le billet de banque. L’oeuvre est simple et accessible à tous, une volonté de vulgariser au maximum un message pour toucher le plus grand nombre de personnes. Si Ben Slow et Mear One ne peignent que ce qu’ils voient, on veut bien les croire.


Mear on e et Ben Slaow contre l'impérialisme américain, Street art tatcher et Reagan



Partager sur: Twitter | Instapaper

DERNIERES VIDEOS