Covering

Arts : Le Havre 2012

       

Par Kacem |  Publié le Mercredi 24 Octobre 2012.

Art contemporain, street art et bande dessinée. C'est le trio gagnant de cette édition 2012 de "Les Bruits Du Dehors" qui a ouvert ses portes le 28 septembre dernier. FatCap y était...

Nous vous en parlions dans l'article à propos de l'installation d'Above, cette 4e édition de la biennale porte le nom "Les Bruits Du Dehors". En effet, une grande partie de cette édition prend place dans l'espace public de la ville du Havre. Elle inclue une exposition (qui ferme ses portes ce vendredi), un prix du court métrage expérimental, des installations disséminées un peu partout le long du futur tramway de la ville ainsi que des performances live. Cette biennale est initiée par la ville du Havre, le Groupe Partouche qui en est le principal partenaire financier ainsi que l'Association Arts Le Havre.

Le point de départ est le collectif de graphistes Bazooka qui, déjà à ses débuts, nous interrogeait sur notre façon de vivre et sur notre façon d'appréhender l'accessibilité et la visibilité du street art, courant qui est apparu lui aussi à la même période dans les années 70.

Première et quatrième de couverture à l'encre de chine et collage du Libération de 1977 illustrés par Bazooka.


Le street art n'est-il pas un art contemporain? Le graffeur qui fait dans le figuratif cartoon ne puise-t-il pas son inspiration dans les bande dessinée? La nouvelle scène de l'égalité 2 va donc dans la continuité de la précédente, puisqu'elle concentre et confronte ces trois domaines étroitement liés.

C'est dans cette optique que l'inauguration a eu lieu au Musée Portuaire et Maritime du Havre avec les vernissage de l'exposition. Malgré l'espace de cette bâtisse, c'est dehors, sur les quais que l'on peut voir les premières pièces telles que les imposants portraits de Keith Haring, Jean-Michel Basquiat et Andy Wharol réalisés par Jef Aérosol.

" Basquiat, Warhol et Haring ont beau faire 4,50m de haut, ils sont tout petits au pied du méga paquebot "Celebrity Constellation" ! "

Jef Aérosol

Malgré cet immense paquebot, les portraits ne sont peut-être pas de taille, mais ils sont de loin visibles et remarquables. © Jef Aérosol


© Jef Aérosol


© Jef Aérosol


© Jef Aérosol


Jef Aérosol qui immortalise le bus customisé par Jace. © Lehavredegraffs Yak


Ce bus qui circule sur une ligne régulière de la ville et a été entièrement peint par Jace et ses célèbres Gouzous. Véritable oeuvre ambulante, c'est une partie de la biennale qui sillonne les rues du Havre.

Elle est le reflet du travail accompli par Jace et Jef Aéorosol. © Lehavredegraffs Yak


© Kacem


© Kacem


© Kacem


© Kacem


Face au "papy du pochoir" qui nous a donc livré ces "immenses" portraits, ce sont deux jeunes artistes locaux, Alexandre Delaunay et Weapon, qui ont eu à leur disposition ces deux containers afin d'exposer leur pièces. Ces jeunes havrais, au style qui leur est propre, semblent être des talents prometteurs...

Weapon © Kacem


Work in progress... © Lehavredegraffs Yak


...Alexandre Delaunday qui prend la pose devant sa peinture une fois terminée. © Kacem


À l'intérieur de l'ancien hangar ce sont les installations d'artistes contemporains qui s'entremêlent aux oeuvres tournées graffiti placardées un peu partout. Le collectif Down For Whatever a pour sa part monopolisé tout un pan de mur. Tel les pièces d'un puzzle dispersées, ce sont pourtant des flops, des tags... Qui forment un tout et de ce fait un nouveau puzzle...

Ice Sac

© Ice Sac


© Kacem


© Kacem


Ice Sac

© Ice Sac


C'est en levant la tête, et cela depuis n'importe quel endroit de l'expo, que l'on on peut voir les installations suspendues d'Above. Visibles de tout point de vue et à tout point de vue, ces flèches ainsi que ses cubes représentants des stars décédées offrent une nouvelle dimension (et visibilité) à ses oeuvres. Go Above!

Patrick Norais

© Patrick Norais


© Kacem


Marilyn surplombant l'oeuvre "Il mord dans la vie à pleines dents" par Taroop & Glabel. © Kacem


En repositionnant le champ de vision à l'horizontale, c'est l'univers graphique de la bande dessinée qui occupe les murs et côtoie les installations contemporaines. C'est là que les membres du collectif Bazooka exposent leurs oeuvres. Les médiums et les techniques sont diverses et la corrélation avec le street art est frappante.

Le loup, la belette et le renard" par Kiki Picasso. © Kacem


Impression sur tapi par Neuville Brody, LouLou et Kiki Picasso. © Kacem


"Des moineaux... Que voulez-vous dire ?" par Olivia Clavel © Kacem


Il y avait aussi lors de ce vernissage Jean Bedez, The Bells Angels, Jean Bedez, Damien Deroubaix, Elodie Lesourd ou encore Stéphane Vigny et ses octodons... Voici pour terminer une vidéo récapitulative qui a sillonné cette exposition :


En fait non! Ce n'est pas fini avec l'exposition, puisqu'il y a aussi Mambo qui nous attendait à la sortie avec ses trois Renault 5 qu'il a entièrement repeint..

Mambo

© Mambo


Mambo

© Mambo


Mambo

© Mambo


© Kacem


© Patrick Norais


Un autre point de passage du parcours dans la ville est la place de la mairie. Vaste espace parfait pour attirer le public et interpeller le passant. C'est ici notamment qu'ont été garées les oeuvres mobile de Mambo.

Le collectif 1980 quant à lui, emmené par Chanoir et Jean-Philippe Illianes, a investi la place pour une représentation bien particulière. Les deux artistes se sont cloitrés dans une étrange caravane qui ressemble bizarrement aux anciens écrans de télévision à tube cathodique. C'est à coté de l'installation de Delta et sa spectaculaire transition du mur au volume qu'ils ont donc pris place pour une réinterprétation pleine d'humour des guignols version "street". La voici en vidéo :

"Grand Street Guignol" sur Chanoir TV


© Arts Le Havre


© Arts Le Havre


Le parcours en ville débute au bord de la mer avec le membre fondateur du Collectif 1980. Étrange installation gonflable qui pourrait faire penser à un de ces jeux de plage et pose en fait la question de l'utilisation de l'espace urbain ainsi que de la place de l'architecture dans la ville. C'est ici que la ligne "Biennale du Havre" débute.

"Fondaco dei tedeschi" © Kacem


Tout près de là, à la porte Océane, Speedy Graphito s'est improvisé maçon pour construire son mur... © Lehavredegraffs Yak


 ... Et malgré la réticence des voisins, la peinture murale haute en couleur a été achevée d'une main de maître... © Kacem


© Kacem


© Lehavredegraffs Yak


... Et puisqu'une peinture de Speedy ne vient jamais seule, Graphito s'est fait le plaisir de peindre l'autre coté du mur.© Speedy Graphito


© Lehavredegraffs Yak


Alors maintenant que c'est terminé, on démolit ? © Speedy Graphito


À quelques stations de là, long de la ligne de tramway se trouvent ces grands cubes peints chacun par un artiste différent. Ce sont Kashink, Above, Sten & Lex ainsi que la collaboration entre B.L.A. et du jeune artiste havrais Mickaël Lesueur qui longent de part et d'autre les rails.

Sten & Lex © Arts Le Havre


Sten & Lex © Arts Le Havre


Sten & Len (premier plan) & Above (second plan) © Arts Le Havre


Malgré les chutes de branches Above vise toujours au-dessus. © Lehavredegraffs Yak


Patrick Norais

Kashink quant à elle a opté pour un face hole avec ses portraits masculins. © Patrick Norais


Patrick Norais

B.L.A. et Mickaël Lesueur © Patrick Norais


Jace a fait une correspondance à la station Saint-Roch pour y installer son ring... © Lehavredegraffs Yak


Patrick Norais

... Le combat de boxe opposera Gouzou contre Gouzou ! © Patrick Norais


Patrick Norais

Le champion remportera la ceinture JACE toutes catégories confondues. Allez voir la quatrième face de ce cube pour connaître le vainqueur de ce duel... © Patrick Norais


L'avant dernier arrêt de la ligne se situe derrière le Pasino sur la place Jules Ferry. C'est Eltono qui l'occupe avec son installation signalétique. Derrière le long de la route, c'est Piotr Barsony qui accueille dans sa caravane petits et grands pour se faire "portraiturer".

© Kacem


© Kacem


© Kacem


Enfin le terminus se situe au cinéma d'art et d'essai Le Studio. C'est là que le Prix Partouche du court métrage expérimental s'est déroulé le vendredi 13 octobre. C'est un moment clé de la biennale puisqu'il prolonge la performance Chanoir en proposant des vidéos axées sur l'art urbain avec pour seule contrainte que le film soit tourné dans la rue. Ayant pour but de donner plus de visibilité à ce format vidéo, le prix présente de jeunes talents artistiques et dote le vainqueur d'une bourse. C'est une bonne initiative qui ouvre le dialogue entre le public et les professionnels.

On peut retrouver parmi les vidéos sélectionnées l'ingénieur Evan Roth et une de ses trouvailles qui détourne l'usage initial d'une bombe aérosol, l'anamorphose du TSF Crew "L'Arbre" (voir aussi Live! by FatCap) et leur mystérieuse technique, ou bien le Broken Fingaz Crew et leur surprenant "Graffiti Stop Motion". Kidult & Peter Steele sont quant à eux nominés pour "Illegalize Graffiti", The Mouarf pour "Friches & Chips", Arnaud Jourdain pour "5 bis, rue de Verneuil", Daniel Tagno pour "Morphogenetic Field Device Little Boy", IEPE & Anonymous Crew pour "Painting Reality", Anna Katharina SCHEIDEGGER pour "Single Speed Floating Action",  Lump pour Choose Life Until Expire, Rizot pour "Graffiti Paris" et enfin Sweatshoppe pour "The Landing". C'est ce dernier qui a remporté le prix Partouche et qui empoche donc la bourse. Voici donc sa vidéo :

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?