Interviews

Interview Mulheres Barbadas

       

Par Anissa |  Publié le Lundi 24 Juin 2013.

Elles sont deux, elles sont brésiliennes, elles sont barbues, elles ont de l'humour et dessinent depuis longtemps !


FatCap : Pourquoi "Mulheres Barbadas" ?

Mulheres Barbadas : Cela signifie "femmes à barbes". Nous avions besoin d'un nom, nous avons tous les deux une barbe. C'est un peu comme un nom de groupe auquel on ne pense même plus à la signification de départ. On nous pose beaucoup cette question. C'est drôle.

FC : Comment s’est passé vos débuts et comment vous êtes-vous rencontrées ?

MB : Nous nous sommes rencontrés en 2006 au travail, on a partagé beaucoup d'enthousiasme pour les choses qui étaient plus artistiques et moins commerciales que ce que nous faisions. Entre 2007 et 2009, nous avons travaillé ensemble pendant notre temps libre et notre portfolio a commencé à être bien rempli. Nous avions suffisamment de projets que nous avons pu laisser tomber nos emplois et nous consacrer à nos dessins, tout en payant nos factures, et c'est ce que nous faisons depuis. Beaucoup de dessin et beaucoup de factures !

FC : Les détails dans vos compositions sont impressionnants. Comment faites-vous ? 

MB : Il n'y en a pas tant que ça finalement. C’est une question de pratique, nous travaillons ensemble depuis assez longtemps pour être en mesure d'empiler tout naturellement les choses et dessiner ce qui nous vient à l'esprit et le faire fonctionner avec tous les autres dessins. Nous improvisons chaque pièce.





FC : On décrit souvent votre style de "burlesque" ou "caricatural". Comment définiriez-vous votre style ?

MB : Un chaos caricatural. Certaines pièces sont plus enfantines, d’autres un peu plus bizarres, certaines abstraites, mais ce sont toujours de jolies lignes, simples avec une quantité excessive d'informations.

FC : Vos créations sont souvent monochromes, pourquoi ce choix ?

MB : Ca contribue à la sensation chaotique que nous recherchons. Cela aide également à rendre les dessins « cartoonesques » moins enfantins. Et puis nous ne voulons pas passer plus de temps à colorier certaines pièces, tout simplement.

FC : Quelle est votre relation avec le graffiti ? Et que pensez-vous de cet art ?

MB : Le graffiti est incroyable et il a une énorme influence sur nous. São Paulo a des graffeurs talentueux et c'est un plaisir de voir cet art vivre dans la ville. Bien que nous ne cherchons pas à prendre part à la scène graffiti, nous sommes amis avec quelques artistes locaux et nous aimons voir toutes les choses qu'ils ont fait jusqu'à présent, identifier les tags dans la rue et tout ça. Nous aimerions faire plus de création dans les espaces publics, mais nous  attendons que les choses viennent à nous.




FC : Comment définiriez-vous le monde de l'art au Brésil ? Comment le voyez-vous évoluer dans les 10 ans à venir à São Paulo, par exemple ?

MB : Ça manque encore de petites galeries qui disposeraient d’espaces pour les jeunes artistes, spécialement pour les personnes qui ne font pas d’immenses toiles ou qui n'essaie pas de vendre des peintures à des collectionneurs pour des milliers. En plus de cela, il y a toujours quelque chose à faire dans une ville comme celle-ci. Il y a eu aussi quelques expositions collectives dans des musées et autres, ce qui est vraiment cool et nous espérons que ça continue à l'avenir.

FC : Vous avez travaillé avec de grandes marques de MTV, Deezer... Comment ça s'est passé ?

MB : Nous travaillons avec un grand nombre de marques, nous n'avons pas vraiment vendu des œuvres sur papier, nous avons eu des expositions, mais nous ne travaillons pas avec une galerie ou quoi que ce soit. Travailler avec des marques c’est un sentiment mitigé, c’est généralement bien payé, vous obtenez généralement une exposition ou produisez quelque chose que vous ne seriez pas en mesure de faire par vous-même, mais il y a toujours ces choses que vous ne pouvez pas dessiner ou une personne qui ne veut pas vous aider et ça rend les choses difficiles. Mais on se plaint pas, nous sommes heureux d'avoir un travail.

FC : Gringo, si tu pouvais changer une chose de ton partenaire, ça serait quoi ?

Gringo : Je changerais son pénis en vagin !

FC : Julio, si tu pouvais choisir une autre profession, que choisirais-tu pour ton associé ?

Julio : Danseur de Modern Jazz, ce mec a le groove !

FC : Ha Ha ! Quelle est votre idée du bonheur parfait ?

MB : Celui que nous partageons après avoir fini une grande fresque, nous buvons une bière avec des amis et des filles, et plus tard, tu sais que tu vas rentrer à la maison rejoindre tes chats et que tu ne vas pas te réveiller tôt le lendemain.

FC : Quel est votre plus grande peur ?

Gringo a le vertige, Julio a peur des voleurs iPhone !







FC : Quel est votre mot préféré ?

MB : Sashimi !

FC : Quelle est votre devise ?

MB : Pas d'espaces vides.

FC : Si vous perdez un pari stupide et il vous est demandé de vous raser la barbe, le feriez-vous ?

MB : Nous ne faisons jamais de pari impliquant notre barbe, mais si nous le faisions, et que nous avons perdu, nan !

FC : Et je vous laisse, pour finir, les deux derniers mots :

MB : Quoi ? Déjà ?

FC : Merci les filles !











Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS