News

Write on Africa

       

Par Marie |  Publié le Mardi 20 Décembre 2011.

Basée à Cape Town en Afrique du Sud, Write on Africa est une plateforme qui développe la création artistique dans le pays à travers l’aspect bienfaisant de ses actions.

« La créativité et l’art inspirent les changements sociaux ».
Voici la devise de Write on Africa, une organisation sous la forme d’un blog géré par l’agence artistique A Word of Art. Ricky Lee Gordons alias Freddy Sam s’est donc lancé avec l'agence dans l’idée d’instaurer l’art de rue comme moyen d’expression et de création pour les jeunes, les adultes, et tous ceux qui désirent changer leur univers, le rendre meilleur. Un peu comme le Street Art Museum en Croatie, l’art de rue est ici mis à profit pour initier la population.

Dans cette vidéo Ricky Lee Gordons explique l’objectif du projet Write on Africa où l’on voit que le graffiti a envahi les villages sud africains de façon presque naturelle, et surtout légale. Les peintures à la bombe sont alors considérées comme la preuve d’une création, d’une imagination qui embellie les rues et les esprits.

Il s’agit en quelque sorte d’une régénération urbaine, avec la volonté d’impliquer les plus jeunes comme les adultes dans cette action. En effet dés qu’il y a un projet artistique, les enfants sont mis à contribution afin de les former et de leur inculquer la notion de liberté de faire, de créer, de dessiner… Le support est dans la rue même, chacun peut en profiter et s’inspirer. L’objectif est aussi de rassembler les gens autour du projet, de créer une cohésion et ainsi de faire « vivre » le village.

Des artistes de la scène européenne sont ainsi venus pour peindre et faire leurs propres découvertes, en servant en même temps d'exemple créatif pour les habitants. Le dernier en date est Boa Mistura.

Boa Mistura

En 2011, le projet « GreenPop » à rassemblé des artistes dont Freddy Sam qui ont utilisé la technique du reverse graffiti pour poser des slogans qui incitent les habitants à tous planter un arbre pour l’environnement.

 

En 2011 encore, à Woodstock une maison plus connue sous le nom de "The Percey Bartley House" a été l’objet d’une rénovation de fond en comble par des artistes invités qui ont pris ce projet très à cœur. Faith47, Black Loki, Freddy Sam, Linsey Levendall ou encore Coe One ont ainsi rempli la mission principale de Write on Africa : créer et changer le quotidien, la rue.

Percey Bartley House
 

Percey Bartley House
 

Percey Bartley House
 

Percey Bartley House
 

Faith47
 

 

Vidéo rénovation Percey Bartley House

Cette volonté de changement est ainsi traduite par la création urbaine, mais Write on Africa n’est pas le seul projet développé en Afrique puisque l’agence A Word of Art a aussi participé à l’évènement « Wide Open Walls » en Gambie en Juin 2011.

Créé par Lawrence Williams, ce projet qui avait déjà eu lieu l’année précédente a réuni des artistes comme Know Hope, Remed, Roa, Tika, Bush Dwellers, Best Ever et bien sûr Freedy Sam.

Filmé par Rowan Pybus et photographié par Jonx Pillemer, cet évènement avait pour vocation de créer des connexions entre les artistes, leurs travaux et la rue. On retrouve en l’occurrence de nouveaux langages visuels dans ces interventions artistiques qui ont beaucoup apporté à ce village. Le but était aussi de créer un livre autour du projet, qui rassemble toutes les pièces des artistes, les ventes permettraient ainsi de rapporter des fonds.

Roa

 

Roa
 

Remed
 

Tika
 

Know Hope
 

Best Ever
 

Freddy Sam

Le graffiti est ainsi mis au service d’une cause certes de développement artistique mais pour aller plus loin, il y a une dimension presque humanitaire dans cette action.

L’art de rue comme moyen de communication permet d’apprendre aux jeunes à créer, à construire un nouvel univers sur papier ou sur le mur. Nous ne pouvons qu’encourager ce genre de projet à la fois bénéfique pour la création urbaine en Afrique et emblématique dans le mouvement graffiti.

Sources photos : Write on Africa & Wide Open Walls

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

Où c'est?