Interviews

Brok 3HC : 20 ans de graffiti

       

Par Chrixcel |  Publié le Lundi 4 Juin 2012.

Brok et son crew fêtent leurs noces de porcelaine cet été à Charenton-Le-Pont. C’est l’occasion pour FatCap de revenir sur 20 ans de carrière.

Qu’il l’ait voulu ou non, Brok a eu du nez en choisissant son blaze. « Brok » c’est un suffixe anglais qui signifie « casser ». Pourtant si on parle ici d’un artiste qui casse des briques en briquant ses blocks, par le mot « casse » on entend tout simplement un terme de typographie désignant l’alternative entre lettres majuscules et minuscules. Avec Brok, question typos créatives en lettres capitales on est servis…

Portrait de Brok par Alex (fresque Brokadillac, 2008)*

Brok a commencé à peindre an 1990. Originaire de Vitry-sur-Seine, l’un des berceaux du mouvement hip-hop français, il crée le groupe 3HC (« 3 Hard Core ») avec Edon et Desy. Il est également membre des crews TNB, BAD, VBA et SPAM. C’est en 1996 qu’il se lance dans la peinture sur toile, puis un an plus tard dans l’infographie. Depuis 2002, il forme en parallèle un tandem plus que complémentaire avec Alex (également MAC) dont la virtuosité et le rendu exceptionnel des personnages sont bien connus de tous (voir leur site commun Brokalex).

Fresque Brokalex (portrait d'Audrey Tautou, 2006)*

Son crew fête ses 20 ans cet été dans le cadre d’un gros événement qui aura lieu du 7 au 30 juin à Charenton-Le-Pont. C’est l’occasion pour FatCap de donner quelques infos sur ce qui se trame, et surtout de revenir sur les 20 ans de faits d’armes de l’un des writers les plus talentueux de la scène francilienne.

Back in ze days avec Emoy (1997, Garges)

FatCap : Raconte-nous tes débuts… les premiers graffs, les premiers kiffs sur les murs…

Brok : Ma première tentative c'était vers 1990. J'avais emprunté une bombe de noir pour carrosserie dans le garage du fils de ma tante et j'ai fait un pseudo graff tout pourri sur un mur au fond de leur jardin. Bon bien sûr je me suis fait griller mais ça m'avait bien motivé, le bruit de la bombe c'était magique, mais en fin de compte les premiers kiffs c'était surtout visuel. On allait traîner avec des potes de Vitry au terrain des Ardoines où il y avait déjà des grosses fresques mortelles.

"Latex Girl" aux Ardoines avec Alex, Gonzo et Takt (2009)**

On en profitait pour taguer dans les espaces libres, le truc de petit con quoi, en fait je passais plus de temps à traîner dans les spots à graffs qu'à peindre. J’ai vraiment commencé à graffer vers l’été 1991 quand on a créé le groupe 3HC avec Edon (aka Sach) et Desy, mais bon en fin de compte c'est assez flou dans mes souvenirs...Ensuite c'est le parcours classique : après les sorties nocturnes sur la ligne du RER C je suis vite passé aux terrains. La nuit je préférais aller en soirée et puis surtout j'étais frustré de ne pas pouvoir prendre mon temps pour peindre.

(Ivry-sur-Seine, 2009)**

FC : Qui sont les gens que tu as rencontrés dans ta jeunesse qui t’ont poussé à peindre ?

B : Déjà à l'époque à Vitry il y avait une grosse identité hip-hop vu qu'il y avait pas mal de groupes de rap, c'est cette envie de faire partie du truc qui m'a fait découvrir le tag. Le graff c'était un tout, si j'avais été doué peut-être que j'aurais essayé le rap ! Vu ma souplesse, fallait même pas penser à breaker donc je me suis tourné vers la discipline hip-hop qui me convenait le mieux et pour laquelle j’avais le plus d’attirance. De fil en aiguille j'ai rencontré des mecs de mon quartier qui étaient dans le même délire et on s'est motivés ensemble.

RIP Dare avec Alex (Mantes-la-Jolie, 2010)**

Ma rencontre la plus marquante dans mon parcours c'était vers 1994-95, je me suis retrouvé dans le même établissement scolaire que Number6 qui était plus vieux que moi, et il m'a donné de bons conseils alors qu’il aurait pu me snober vu son niveau ou me triquer vu comment je devais être relou ! Des rencontres il y en a eu plein, je dirais même que les mauvaises te motivent autant que les bonnes.

Alphabet* 

FC : Le tag a-t-il une place dans ta production ?

B : A part quand je signe non plus trop, quand je parle au téléphone je gribouille comme tout le monde, ça m'arrive aussi quand je cherche une vibe de commencer par un tag mais très rarement.

FC : Comparés aux lettrages, considères-tu les persos comme moins importants dans l’ensemble de ta pratique du graffiti ?

Les persos de Brok montrent souvent les dents... C'est sûrement ce qui fait dire à de nombreux commentateurs que ses peintures sont "vénères" ! (Ivry-sur-Seine)**

B : Non, d'ailleurs à l'époque quand j'ai eu le Spraycan Art dans les mains j'ai tripé en premier sur les persos, après tout dépend de l’histoire de la personne qui fait les persos…si le gars est devenu bon en persos parce qu'il a commencé à peindre comme nombre d'entre nous c’est parfait, mais je vois très bien le sous-entendu de la question vu que je peins souvent avec Alex qui ne fait que du perso ou du décor, est-ce que c'est du graffiti !!!? Alex est plus graffiti que certains peintres qui font de la lettre parce que son histoire s'inscrit dans une démarche graffiti, qu'il a eu le même cheminement que moi, les mêmes ambiances. Mais si on prend pour exemple certains peintres récents qui ne font que du perso et qui se servent du graffiti comme marche-pied, ceux-là ne font pas partie de ma famille, c'est des illustrateurs qui se servent du même matériel que moi.

Collab avec C215 à (Vitry-sur-Seine, 2010)**

FC : Tu as réalisé d’étonnantes compos avec le pochoiriste C215. Rares sont les anciens writers qui se mêlent aux street-artistes ! Quelle est ton opinion là-dessus ?

B : Alors déja pour commencer, je ne me considère pas comme un ancien writer "old school", je suis de la deuxième génération, il faut garder ce terme pour les précurseurs, ce que je ne suis pas. Après pour ce qui est des productions avec C215 elles se limitent à 2 !! On va remettre les choses en ordre pour comprendre. Il y a quelque temps C215 est venu s'installer à Vitry. Peu de temps après dans le quartier de mes parents j'ai remarqué tout ce qu’il faisait, et franchement j'ai trouvé ça frais et sympa pour une fois qu'il se passait quelque chose ! ça mettait de la couleur dans le quartier. Seulement j'ai remarqué qu'à plusieurs reprises pour faire ses pochoirs il avait repassé des flops et des vieux tags qui étaient là depuis des années, donc j'ai demandé à droite à gauche et j'ai retrouvé sa trace. Je l'ai rencontré, on a parlé, je lui ai expliqué que je trouvais pas ça normal de repasser des flops et tags même si je comprenais la démarche de faire "du beau sur du crade", et par la suite il a évité de poser ses pochoirs aux mauvais endroits.

"Zeky Attak" (2004)*

Le fait est que le courant est bien passé et quand l'occasion s’est présentée on a fait un ou deux trucs ensemble car il avait la possibilité d'avoir des murs dans Vitry et que ça me semble logique quand tu peins dans un endroit de faire des choses avec les locaux. Après, je suis pas complètement d'accord avec tout ce qui se passe dans Vitry, le fait que plein de street-artistes viennent se poser sur les murs du quartier de la gare du centre-ville là où c’est pépère…C'est bien beau les street-artistes, mais venez aussi faire des trucs dans mon quartier au milieu des cités ! Là comme par hasard y a rien à part mes graffs…Je respecte ce que C215 a fait en faisant intervenir des artistes sur les murs de la ville mais c’est à double tranchant : certains viennent peindre uniquement pour se faire mousser car il y a un buzz autour de ça.

"The shield" (2010)*

Je changerai pas d’avis, pour moi le street-art c’est un ramassis d'opportunistes qui se servent de ce qu’ils font dans la rue pour promouvoir leur travail sur toile histoire de se créer une crédibilité qu'ils n'ont pas, alors OK dans le tas il y a des vrais artistes qui ont sûrement une fibre urbaine et quelque chose à faire partager (C215, Roa, Banksy en font partie), mais tout le reste qui gravite autour c'est de la branlette artistique, du colleur d’affiche de centre aéré, du pochoiriste d’école primaire (même ma fille fait mieux !).

(Ivry-sur-Seine, 2011)**

Le street-art c'est comme la bouffe, les fringues, les baskets de maintenant : du pas cher fait par des Chinois pour les pauvres où le concept a plus de valeur que l’oeuvre. Bon, on va me prendre pour un extrémiste du graffiti mais je le revendique on était là avant, on sera là après. 

Avec Alex, Rude, Pacman et Beiska (2005)*

FC : Au moins, ça a le mérite d’être clair ! Pour certains writers, le droit à l’image et la diffusion de leurs œuvres sur Internet ne va pas de soi. Que penses-tu de ceux qui, comme Darco, se toyent juste après avoir pris leur photo ?

B : Sur le principe je suis d'accord avec lui même si je le ferais pas, en même temps on n’a pas la même production vu que je fais souvent des graffs vite fait en une aprem dans des terrains archi-grillés. Je sais très bien que ça va être pris en photo rapidement et diffusé dans la foulée, après il faut pas confondre les petits photographes de graffiti qui alimentent des blogs sans pub ou qui postent sur Flickr et compagnie, avec ceux qui pourraient en faire un usage commercial et dans ce registre les magazines en font partie.

Avec Darco, Emoy, Alex, Babs & Shadow (en plus grand ici)


Que Darco ne veuille pas qu'une certaine partie de sa production se retrouve à alimenter les magazines et autres blogs de marque de bombes c'est compréhensible. Pour ma part ça me gêne pas sur les petites productions de terrain, ça me fait de la pub et ça montre que je suis actif, après pour les gros murs ça commence à poser un problème car les photographes sont dans une sorte de course à la montre à celui qui postera le plus vite.

Premier mur "History 1" réalisé pour les 20 ans du 3HC (2012) - à croquer... la confiserie revisitée par Brok, Alex, Scien, Rude, Takt et Sueb (photo en plus grand : Startape)


Dans certains cas, nous graffeurs on maîtrise plus rien, et là ça commence à saouler pas mal de gens ! Moi ce que je fais maintenant c'est que j'essaie au maximum de prévenir tous les photographes que je connais de ce que je prépare et quand je ne veux pas que ce soit posté, au moins ils sont au courant et en général ils respectent. De toute façon, étant inscrit à l’Adagp s’il y a la moindre utilisation d'une de mes oeuvres pour un usage commercial j'attaque direct.

Avec Tube (2010 - détail Startape)


Making-of** 

FC : Avis aux « Speedy Gonzalez » de la photo ! Décris-nous ton travail sur toile ?

B : C'est pas évident de parler de son travail. Le mien est avant tout basé sur le travail de la lettre que ce soit à la bombe, à l'acrylique ou autres média, tout tourne autour de la typo.

Façon Bubblebrok*

Pendant un moment j'ai essayé de travailler au pinceau, de chercher un rendu plus propre, plus graphique, mais au final je perdais en spontanéité donc je me suis remis à travailler uniquement à la bombe et pas seulement sur toile. J'utilise tout ce que je trouve, de la récup en priorité parce que ça me coûte rien déjà, et puis il y a une matière intéressante, toute ma production sur toile et autres supports sera visible à l'exposition que nous organisons en juin.

Avec Lord, Takt et Sueb (2008 - photo Startape)

Mais mon souci c'est que je suis comme sur mur, je change souvent de direction et donc j’ai une production très différente suivant les périodes, ce qui est une bonne chose je trouve, mais c’est gênant en terme de visibilité pour les amateurs de toiles. Il y a plein de writers qui, une fois qu'ils ont trouvé un trip qui marche sur toile, le reproduisent jusqu'à l'excès ! Bon, quand ça paye c'est compréhensible, je ferais sûrement pareil si je vendais (lol) !

"Crystal" avec Takt (2009)*

FC : Intègres-tu ton travail artistique en infographie, ou préfères-tu que ta passion et ton travail restent bien distincts ?

B : À l'heure actuelle je ne fais plus que de la peinture. L'infographie ça m'a saoulé, j'en ai bouffé 8 heures par jour pendant 5 ans quand je bossais dans les jeux video et à cette époque je faisais aussi plein de pochettes de mixtapes, compils de rap et compagnie, j'ai saturé ! Quand je fais de l'info maintenant c'est juste pour faire de la com me concernant ou pour des projets auxquels je participe et ça s'arrête là. Le mélange des deux donne souvent un résultat moyen où le côté commercial prend le dessus et tu te retrouves avec du graffiti de base pour le peuple. C'est comme breaker pour vendre du jambon ou de la lessive servie à toute les sauces. On se fait plus de mal que de bien et au final à part faire gagner de l'argent à des boîtes de com je ne vois pas l'intérêt. 

Avec Fans & Versus (Ivry-sur-Seine, 2010)**

FC : Tu es ce qu’on pourrait appeler un « fresqueur ». Comment prépares-tu tes gros murs ? Qui choisit les thèmes ?

B : Oui et non, si tu regardes bien je fais 80% du temps des alignades de terrain qui me prennent 4-5 heures et de temps en temps des grosses fresques déjà parce que j'ai pas autant de temps que ça pour peindre et puis j'ai une vie de famille quand même. Pour les gros murs y a pas vraiment d'organisation précise la plupart du temps on lâche une idée, chacun cherche dans son coin et puis on gère l'ensemble direct sur le mur, quand tu bosses avec Alex ou Emoy tu te fais pas trop de souci, le risque de se louper est minime.

Avec Alex (rue des Pyrénées, 2010)**

Le tout c'est de savoir avec qui tu peins ! Il y en a qui sont ingérables donc tu laisses faire la vibe et d'autres qui vont faire leur pièce sans jamais toucher au fond, donc tu trouves des astuces pour unifier le tout, mais au final du moment que tu passes un bon moment c'est le principal.

Sketch 3HC Family*

FC : Tu parviens à rester lisible tout en donnant l’impression de donner à voir des phases hyper compliquées, comment définirais-tu ta technique ?

B : Je fais ce que je kiffais quand j'ai commencé. J'ai toujours été impressionné par les semi-wildstyles du type T-Kid de l'époque, je pars d'une base de lettre assez simple en fin de compte mais j'essaie de penser mon lettrage globalement et pas uniquement lettre par lettre, et je rajoute des effets graphiques, des flèches, en essayant de garder un équilibre général, voilà tout. Techniquement je suis assez maniaque mais je ne le suis pas pour qu'on dise "Oh c'est propre, quelle technique!". C'est juste un de mes traits de caractère qui se reflète dans ma peinture...Je suis comme ça pour tout, même quand je fais la vaisselle ! Vu que mes lettrages sont généralement un peu compliqués j'ai besoin de cette rigueur pour que ça ne devienne pas l'anarchie, je ne supporte pas les angles pas nets à moins que je ne le décide.

Fresque "Ironlak" avec Fans, Takt & Alex (photo : Startape)

FC : Ce qui me rassure c'est que tu ne verras jamais la couleur de l'évier de ma cuisine ! Quelle est pour toi la calligraphie parfaite ?

B : Attention faut pas confondre calligraphie et graffiti, d'un côté il y a la calligraphie stricte, régie par des lois d'équilibre que tu peux difficilement contourner au risque de faire n'importe quoi, et il y a le graffiti où là tu peux te permettre d'être beaucoup plus souple, personnellement ce que je préfère c'est tout ce qui est calligraphie West Coast façon Los Angeles.

FC : Donne-nous ton top five des artistes peintres que tu admires, hors graffiti ?

B : Je suis trés BD dessin animé pour la peinture je suis pas un grand expert hors graffiti, j'aime bien les vieux trucs façon de Vinci ou les vieux tableaux du Louvre avec des batailles de ouf ! Je comprends pas comment ils faisaient...et de là à te donner des noms j'en serais incapable.

Fresque Totoro, perso célèbre de Myiazaki, avec Fans, Takt, Alex & Sueb (photo : Startape)

FC : Parmi ces 3 citations, quelle est celle qui te convient le mieux et pourquoi ?

"La loi la plus importante de la vie et de l'art est celle de l'équilibre". Piet Mondrian.

"Un tableau ne vit que par celui qui le regarde". Picasso

"L'art naît de contraintes, vit de luttes, et meurt de libertés". André Gide.

B : La première est celle qui me correspond le mieux, l'équilibre c'est vers quoi je tends. C'est ma passion pour la lettre et la typo qui me pousse à chercher un équilibre dans ce que je fais. 

La deuxième revient à dire les goûts et les couleurs...c'est vrai aussi mais je ne peins pas en me mettant à la place des gens, je fais ce qui me plaît. 

Et la troisième revient à dire qu'il faut être écorché vif pour être artiste pfffff ça va on est pas tous des anarchistes suicidaires, je graffe pour me faire plaisir, pas pour lutter contre la société.    

Rue des Pyrénées (2010) **

FC : Souhaites-tu dire quelques mots sur l’exposition « History » ou préfères-tu garder le suspense ?

B : Non y a pas de suspense c'est pas un plan secret. Pour fêter les 20 du groupe, on organise une grosse expo avec tous les membres actifs du groupe début juin à Charenton dans une grande salle d’expo sur plus de 500 m² et en parallèle on s’est fait plaisir en organisant deux gros murs à Vitry qu'on a filmés (voir les videos plus haut) en essayant de faire de la qualité, d'abord pour nous et pour le plaisir de partager.

C'est pas une commémoration ou un retour sur le passé les toiles et oeuvres exposées seront récentes le but étant de montrer ce que  20 ans de passion peuvent rendre si on s'acharne.

Les artistes qui seront présents sont ALEX, SCIEN, KLOR, BABS, EMOY, SUBEA, DRONE, TAKT, RUDE, SUEB, LORD, BERTHET ONE et moi-même.

FC : Quel est ton rêve le plus cher ?

B : Oh la je suis pas difficile du moment que mes enfants sont en bonne santé et heureux ça me suffit, sur le plan graffiti, continuer à me faire plaisir. Le travail paie toujours et les faux finissent par se faire griller un jours ou l'autre (lol).  

FC : Le mot de la fin ?

B : Dédicace à tout le crew 3HC aux SPAM, TNB, SAC, BAD, PMC, MCZ, FBI, MAC, MCT, DER, TILT, TOBER, NOE, ATN, PLUME, GRIZZ, FANS, OZER, SHADOW, SNAKE, DARK, INK76, SONIC.

A ORUS VBA, LAETITIA AMBRE et RUBEN.

 

>>>> A défaut de savoir « breaker », on assume que l’artiste préfère « broker » et on aime ça !…Rendez-vous ce jeudi 7 juin pour le vernissage à Charenton pour se casser les rétines…Merci à Brok pour sa disponibilité !

Texte et Photos Chrixcel (**), Brok(*) et Startape.


Toutes les infos, photos, vidéos sont sur la Page Facebook de l'événement. 

La video de l'accrochage, du vernissage et commentaires de l'expo ici.

Le site de Brok

 

Partager sur: Twitter | Stumbleupon | Digg | Delicious | Instapaper

DERNIERES VIDEOS

Où c'est?